Les voyageurs d’affaires et les cyberattaques

Les voyageurs d’affaires et les cyberattaques

Le monde actuel connaît plusieurs bouleversements sur le plan sécuritaire. Les risques géopolitiques, les attentats terroristes et les aléas climatiques ne cessent d’affecter nos habitudes de vies et effraie les entreprises. 

Cependant, depuis que les cyberattaques informatiques se multiplient, la sécurité des données est également devenu un enjeu capital. Dans le cas des déplacements professionnels, les collaborateurs emmènent avec eux une quantité colossale de données liées à leur entreprise. Cette data est fragilisée par l’utilisation de Wifi publiques. 

 

Cyberattaques

Lors d’un voyage d’affaires, les collaborateurs ont un réel besoin de connectivité. Les Wifis publiques comblent ce besoin mais créer un manque de sécurité.

 

Le fait qu’aucune authentification ne soit nécessaire pour établir une connexion réseau, offre aux pirates informatiques, l’occasion d’accéder librement aux appareils non sécurisés présents sur le même réseau.

Ils ont également la possibilité de se placer entre l’utilisateur et le point de connexion. Cela représente la plus forte menace. Au lieu de communiquer directement avec le point d’accès, l’utilisateur envoie ses informations aux pirates. Pendant ce temps, ils ont accès à toutes les informations stockées : e-mails, données de cartes bancaires, données d’identification …

 

Internet of things

L’ordinateur, la tablette et le smartphone ne sont pas les seuls impactés par les cyberattaques. L’Internet des objets (ou IoT – pour Internet Of Things en anglais) est peu, voire pas du tout protégé. Ces millions d’appareils connectés sont de réelles victimes potentielles des cyberattaques. L’IoT, pour rappel, est un appareil physique capable, outre sa fonction principale, d’envoyer ou de recevoir des informations. Ayant une adresse IP, il est capable de communiquer avec ordinateurs et smartphones via un réseau sans fil, le reliant à Internet. De la montre intelligente à la valise connectée, en passant par la voiture, ces objets font partie intégrante de notre quotidien. Ils ont connu un développement rapide ces dernières années, à tel point qu’ils sont considérés aujourd’hui comme une véritable tendance.

Hélas, les risques de cybercriminalité sont réels à cause de différents éléments entrant en jeu,  mais surtout en raison du fait que la majorité de mots de passes génériques sont inchangés, donc très simples à pirater.

 

Bonnes pratiques à adopter

Les bonnes pratiques sont le fait d’avoir un mot de passe incluant chiffres, lettres et caractères spéciaux. Bien évidement, il n’est pas recommandé d’utiliser le même sur plusieurs plateformes. Il est également possible de faire des mises à jour du système d’exploitation de son objet.

Dans l’idéal, il faudrait réaliser un test d’intrusion permettant de mener des audits des systèmes et des configurations.

De nouvelles solutions de sécurité, s’appuyant sur l’intelligence artificielle voient le jour. La majorité des solutions existantes se basent sur l’expérience passée, alors que l’IA, à travers l’apprentissage automatique, va non seulement prévenir en cas d’anomalie mais va également pouvoir concevoir des schémas d’attaques afin de devancer la cybercriminalité.

Concernant les informations sensibles, des applications “coffre-fort” existent. L’utilité de ces applications ne se limite pas à la sauvegarde à distance, ils peuvent également faire ranger et classer tous les papiers importants ensemble.

Leave a Reply

Your email address will not be published.