Ryanair ouvre 35 nouvelles lignes en France en 2020

Ryanair ouvre 35 nouvelles lignes en France en 2020

La compagnie low cost irlandaise va ouvrir 35 nouvelles lignes au départ de France pour l’été 2020. Ryanair est la troisième compagnie aérienne sur le sol français après Air France et Easyjet. Elle gèrera 233 axes au départ de la France. L’offre y a progressé faiblement ces 3 dernières années : 10%, contre +38% au Portugal et +26% en Espagne.

«Nous voulons croître de 9% en France», affirme le directeur marketing, Kenny Jacobs de RyanAir «pour atteindre 12,7 millions de passagers.»

La compagnie irlandaise souhaite dépasser son concurrent Easyjet, qui a fait un total de 20 millions de passagers transportés en France l’année dernière.

8 nouvelles lignes :

Bordeaux-Agadir avec 2 vols par semaine,
Bordeaux-Thessalonique avec 2 vols par semaine,
Marseille-Alghero avec 2 vols par semaine,
Marseille-La Canée avec 2 vols par semaine,
Marseille-Dublin avec 5 vols par semaine,
Toulouse-Athènes avec 2 vols par semaine,
Toulouse-Palma avec 2 vols par semaine
et Nantes-Charleroi avec 4 vols par semaine.

Par ailleurs, 27 nouvelles lignes seront ouvertes à partir de l’été 2020. Notamment au départ de Beauvais (3,2 millions de passagers), avec 2 nouvelles liaisons estivales vers Poznan (2 vols par semaine) et Sofia (3 vols par semaine).

 

Environnement

Au mois d’avril dernier, l’UE publiait un rapport dans lequel Ryanair faisait partie du top 10 des plus gros pollueurs en Europe avec 10 millions de tonnes de CO2 émis l’an dernier, soit près du double de son allocation de 4,5 millions de tonnes prévue par le système européen d’échanges de quotas d’émission de gaz à effet de serre.

 

Ryanair fait voyager 152 millions de clients et vise un objectif de 200 millions de passagers en 2024.

 

Pourtant aujourd’hui, Ryanair prend de la hauteur en ce qui concerne les enjeux environnementaux. Actuellement la compagnie irlandaise publie ses émissions de CO2 pour prouver son engagement. Elle affirme avoir la plus faible émission en Europe, soit 67 grammes de CO2 par passager transporté sur 1km, contre plus de 100 grammes pour Lufthansa ou Air France. La compagnie low cost se présente comme «le groupe aérien le plus propre et le plus vert d’Europe».

Cependant, il ne faut pas oublier que Ryanair n’a ni la même densité de cabine, ni les mêmes temps de parcours que les deux compagnies régulières…

L’objectif d’ici 2030 est de descendre à 60 grammes de CO2. Pour y parvenir, le low cost va investir 20 milliards de dollars américains dans le renouvellement de sa flotte. Outre les émissions de CO2, les nouveaux B737 sont censés réduire de 16% la consommation de kérosène.

Pourtant, aujourd’hui Ryanair se présente comme «le groupe aérien le plus propre et le plus vert d’Europe».

 

Ryanair voit ses bénéfices diminuer

La compagnie mise sur les revenus ancillaires pour compenser la forte concurrence aérienne. Les frais ont augmenté de 27% au cours de la période de 3 mois se terminant en juin 2019. 800 millions euros de frais ancillaires pour Ryanair. Le CA global a progressé de 11% sur un an pour atteindre 2,3 milliards € sur le trimestre, tandis que le trafic a augmenté de 11% pour atteindre 42 millions de passagers.

Toutefois, cela n’a pas suffi à compenser la hausse de la facture carburant et la baisse du prix des billets : les profits du low-cost irlandais ont chuté de 21% pour s’établir à 243 millions €.

«Les 2 marchés les plus difficiles sont l’Allemagne, où Lufthansa a été autorisée à acheter Air Berlin et vend cette capacité excédentaire à des prix inférieurs aux coûts, et le Royaume-Uni, où les préoccupations relatives au Brexit pèsent négativement sur la confiance et les dépenses des consommateurs » a commenté le PDG, Michael O’Leary.

En février, la compagnie a déclaré sa première perte trimestrielle depuis mars 2014. Ryanair doit faire face au développement des low-costs des compagnies traditionnelles comme Transavia en France ou Vueling  du groupe IAG.

 

Une implantation durable en régions

Ryanair se développe en France au travers d’une stratégie s’appuyant sur les aéroports régionaux. « Le tourisme régional, et donc les aéroports régionaux, on y croit beaucoup », assure le directeur marketing. La compagnie dessert 28 aéroports, 233 lignes au départ de France dont 40 depuis Beauvais à partir de l’été 2020.

Et les aéroports parisiens dans tout ça ? « Trop cher » répond le directeur marketing.

 

B737 MAX

Les Boeing 737 MAX sont cloués au sol depuis mars depuis les deux crashs de la compagnie Ethiopian Airlines et Lion Air.

L’interdiction de vol des Boeing 737 MAX aurait pu déstabiliser Ryanair. Cette dernière a commandé pas moins de 210 B737. Certains devaient intégrer sa flotte dès cette année afin de la moderniser petit à petit.

Boeing a toutefois fait part de son optimisme : l’avionneur affirme que la reprise des vols pourra se faire d’ici la fin de l’année. Affaire à suivre…

Leave a Reply

Your email address will not be published.